FORGES

Eglise Saint-Laurent

 

3_StLaurent_FORGES_72dpiHistorique

 

Jusqu’à la Révolution, le pays était couvert de landes et de bois. Il était traversé du Sud au Nord  par la route encore appelée au 19e siècle le grand chemin de Cunaud, chemin que prirent les moines de Tournus fuyant en 862 l’invasion normande.

L’église appartenait au 12e à un seigneur, Hugues Bourreau, qui en fit don à Cunault mais la propriété en resta longtemps contestée jusqu’à ce qu’en 1155 l’évêque d’Angers la confirma.

Jusqu’à la réunion du prieuré au Séminaire St Charles d’Angers en 1741, le prieuré présenta la cure ; plus tard ce fut l’évêque.

Le 29 juin 1991, le mobilier de l’église fut vandalisé par un déséquilibré. Les dégâts considérables sur les statues, l’autel, la chaire et le confessionnal, entre autres, demandèrent une longue et minutieuse restauration.

 

Description

L’église actuelle remonte au 12e siècle mais elle a subi de profondes modifications.

Elle est dédiée à St Laurent. La nef dont la façade et la porte ont été refaites au 19e, est unique (24 m de longueur sur 7,33 de largeur) avec chœur d’une travée et abside en hémicycle. A la base, apparaissent encore l’appareil moyen régulier et les petites fenêtres romanes de la construction primitive du 12e siècle. La porte cintrée avec simple bordure en saillie ouvrait dans le mur latéral sud et fut  transformée au 16e. Elle a été condamnée en 1856 quand on perça l’entrée dans le pignon Ouest.

Le clocher, à base carrée, s’élève du côté du sud au droit de la première travée du chœur. L’étage dont les faces sont percées de deux baies en plein cintre, a été rebâti au 18e siècle. La pyramide en ardoise qui le surmonte, est moderne.

A l’intérieur, on se trouve devant une composition théâtrale en trois parties : la nef, le chœur qui comprend deux travées établies sur plan carré et voûtées de croisées d’ogives et l’abside en hémicycle.

La nef a une voûte en plâtre à cintres surbaissés. La chapelle de gauche en entrant est vouée à l’apparition de la  Salette (19e  siècle) mais dans un décor antérieur du 18e mis en valeur par un oculus. On voit sur les côtés les instruments du culte.

La chaire (1778) magnifiquement sculptée, le confessionnal (1780) sont l’œuvre de G. Létourneau. Le pavement de la nef en carreaux de Baugé et ardoise ainsi que les fonts baptismaux en marbre sont aussi du 18e.

Dans la première travée, les autels secondaires qui occupent deux des angles, sont voués à la Vierge et à Saint Joseph et ont été bénits par l’évêque de Nantes en 1776.

DSC04408Le grand autel qui garnit le fond de l’hémicycle, est surmonté d’un retable. En 1774 les deux statues, en terre cuite à l’origine, qui encadrent le panneau de la Crucifixion, étaient l’œuvre du sculpteur Leysner mais elles ont été reprises et  déformées en 1856 : celle de droite qui figurait Saint François de Sales est devenue, à cette date, St Narcisse, patron d’un paroissien dont le nom se trouve associé à la restauration de l’église, et l’autre est celle de Saint Laurent avec son gril.

La très belle table de communion, unique peut-être en Anjou, fut faite par « le sieur Mistouflet serrurier à Angers ». Il devait faire partie, comme Leysner, de l’équipe des frères Simier***** qui furent les architectes de Montgeoffroy au 18e siècle.

Parmi les curés, il faut citer François  Bellamy, né à Saumur, professeur de philosophie au Séminaire d’Angers qui fut nommé en 1757. Il établit à ses frais une maîtresse d’école et chaque année orna son église : le grand autel en 1770 par Landais*, les peintures par Lamare** de Saumur, les statues par Leysner***, la chaire par Létourneau**** en 1778 et la boiserie du chœur par Leroux de Doué. Il périt, croit-on, dans la noyade de Montjean du 29 novembre 1793.

 

* Landais (Pierre) maître architecte à Angers en 1737.

** Lamarre, peintre à Saumur a fait « l’autel doré » de Noyant- sous-Doué

*** Leysner (Jean-Sébastien) né en 1728 dans la principauté de Wurtzbourg  établi dès 1760 à Angers où il se marie. Il a fait les boiseries de la cathédrale d’Angers. Travaille à Martigné-Briant  où il sculpte l’autel et les statues de la chapelle collatérale de gauche de Saint-Martin ; en 1771 il livre le grand autel de  Saint-Laud d’Angers et en 1774 les 4 statues en marbre qui décoraient le sarcophage élevé pour le service de Louis XV dans la chapelle du Collège de La Flèche ; à Nantes des anges en marbre dans la cathédrale. Il meurt en 1781.

 ****Létourneau (Guillaume) maître architecte à Angers en 1779.

***** Les deux frères Simier, architectes à Angers, ont travaillé à Gesté, St Quentin en Mauges, Thouarcé, Mazé, Denée…En 1777 ils ont bâti le château de Montgeoffroy.

 

Références:

Célestin Port, Dictionnaire historique de Maine-et-Loire, éd de 1874

Chanoine Charles Urseau, Eglises et chapelles d’Anjou, éd. 2011.

Conservation des Antiquités et Objets d’Art, dossier sur Forges.

 

                               

                                                                                                                 Annick Adam

 

Pour imprimer cliquez sur ce lien: Forges

Les photos sont disponibles dans l'album photo sur le bandeau de gauche.